ACCUEIL MISSIONS PLAN D'ACCÈS CONTACT ISANET PAYE ISANET COMPTA UK SITE IN ENGLISH



Membre de

PRAXITY

> Mention légale



BOIS GUILLAUME
ROUEN
DIEPPE
EU
PONT L'EVEQUE
LIVAROT
YVETOT
CANY BARVILLE







    PROJET CRÉATION  > IDÉES DE BUSINESS > Idées de l'étranger : le bon fillon
Idées de Business
Restauration
Restauration
Artisanat
Artisanat
E-commerce
E-commerce
Économie sociale
Économie sociale
Services entreprises
Services entreprises
Loisirs
Loisirs
Green Business
Green Business
Idées de l'étranger
Idées de l'étranger
Bâtiment
Bâtiment
Nouvelles techno
Nouvelles techno
Services personne
Services personne


Mon Maître Carré : simplifier l’accès à l’architecture d’intérieur grâce à un dispositif 2.0

Les origines du projet

Nicolas Bertrand, Maxence Vinckevleugel et Guillaume Bertrand sont trois jeunes entrepreneurs souhaitant changer les habitudes du secteur de l’aménagement d’intérieur, secteur qui n’a pas encore accès au digital. En Italie et aux Etats-Unis, des concepts proches du leur existent mais il manque un élément qui, selon eux, est primordial. “On a cherché une idée pour pouvoir appréhender l’architecture d’intérieur différemment en France. En tombant sur des sociétés à l’international, on a pu affiner notre idée de base et partir sur ce système de concours rémunérés”, explique Nicolas Bertrand, l’un des trois fondateurs.

Chez Mon Maître Carré, chaque décorateur ou architecte d’intérieur participant au concours se doit d’être rémunéré, même si naturellement, le lauréat se voit remporter une récompense financière bien plus conséquente que ses confrères (70 % du montant consacré à la rémunération pour le premier et 15 % pour chacun des deux autres postulants). Un élément différenciant qui fait de Mon Maître Carré un acteur providentiel pour les architectes et décorateurs d’intérieur français participant aux concours de réalisation de projets d’aménagement intérieur. Pour s’inspirer de ce qui existe en dehors de l’Hexagone, Mon Maître Carré remodèle le concept et l’adapte au marché français : “On avait déjà l’idée d’appréhender l’architecture d’intérieur via le business model qu’on pourrait qualifier de “crowdsourcing”. Puis, avec des recherches sur internet, petit à petit, on tombe sur des sites qui relaient des sociétés. Si cela fonctionne sur un marché italien qui est assez similaire au marché français, on essaie de s’inspirer, faire un petit mix de tout ça et l’adapter aux attentes des Français.

Mon Maître Carré, raison d’être et mode d’emploi

Les objectifs de départ sont clairs : côté clients, simplifier l’accès à la décoration et à l’architecture d’intérieur. Chacun mérite de se sentir bien chez soi ! Côté décorateurs et architectes d’intérieur : ne plus perdre de temps à trouver des clients et faire ce pour quoi ces créatifs sont doués. La solution est donc une plate-forme en ligne agréable à utiliser et qui répond aux besoins de chacun.

Comment ça marche ? Le particulier (ou l’entreprise, car Mon Maître Carré surfe sur la cible BtoC comme sur la cible BtoB) expose et fournit ses envies et exigences de réaménagement de son intérieur ou espace de travail. Mon Maître Carré réceptionne ensuite les éléments via l’interface, établit un brief rendu visible à la communauté. Le client peut librement choisir parmi les postulants et attendre que la date de fin du concours arrive. Ultime étape : il ne reste qu’à sélectionner la proposition qui le satisfait le plus et le projet de réalisation peut prendre forme. Pour chaque projet rendu, le client reçoit une planche d’ambiances comprenant des inspirations, des couleurs, des textures, des croquis et plans de la pièce, une liste de meubles et d’objets de décorations, le tout accompagné de descriptions et devis. Dans un souci d’éthique et de qualité de service, Mon Maître Carré sélectionne chaque profil afin d’être sûr des compétences des décorateurs ou architectes d’intérieur. Enfin, un système de notation et d’appréciations est mis en place à la fin de chaque concours.

Financement et modèle économique de Mon Maître Carré

Avec 6 000 € de capital initial, également réparti entre les trois associés, l’entreprise dépose ses statuts fin 2014 et la plate-forme voit le jour au printemps 2015. Une nouvelle version devrait être en ligne à compter de début 2016, afin d’optimiser l’offre de services.

Pour financer leur activité, les jeunes entrepreneurs ne peuvent se satisfaire de la seule mise à disposition de leurs économies personnelles. C’est actuellement Airbus Group qui leur donne accès à un prêt de 20 000 €, à taux très faible. Et pour permettre à l’entreprise de prendre son envol, une opération de crowdfunding (financement participatif) devrait permettre une levée de fonds de 70 000 à 120 000 €. De quoi pouvoir donner à Mon Maître Carré les moyens de poursuivre son développement.

En termes de tarification, c’est très clair : les tarifs pratiqués par Mon Maître Carré sont calculés sur une base fixe inspirée des facturations habituellement observées auprès des professionnels du secteur. Ainsi, pour le même prix qu’une prestation classique, le commanditaire bénéficie de la simplicité, du choix et de la qualité Mon Maître Carré. Quelle que soit la taille du chantier, il faut débourser 20 € HT du mètre carré.

Fiche de l’entreprise
 Le conseil du créateur : “être polyvalent et curieux sont deux atouts sans lesquels une start-up qui démarre ne peut pas réussir. On apprend tous les jours des autres, et c’est en unissant nos forces et en mutualisant nos savoir-faire qu’on emmène l’entreprise sur la route de la réussite qu’elle entend suivre”.
 Le chiffre : Mon Maître Carré estime compter 300 professionnels inscrits sur la plate-forme à fin 2015.
 Le contact :  www.monmaitrecarre.com - https://www.facebook.com/monmaitrecarre?fref=ts 

haut de page




Guide de la création

Projet
Projet
Secteur d'activité
Secteur d'activité
Forme juridique
Forme juridique
Local
Local
Régime fiscal
Régime fiscal
Régime social
Régime social
Business plan
Business plan
Financement
Financement
Aides
Aides
Partenaires
Partenaires
Formalités
Formalités
Sites
Sites






© 2009-2017 - Les Echos Publishing - mentions légales