ACCUEIL MISSIONS PLAN D'ACCÈS CONTACT ISANET PAYE ISANET COMPTA UK SITE IN ENGLISH



Membre de

PRAXITY

> Mention légale



BOIS GUILLAUME
ROUEN
DIEPPE
EU
PONT L'EVEQUE
LIVAROT
YVETOT
CANY BARVILLE







    ARCHIVES >  JURIDIQUE > SOCIÉTÉS

 
La responsabilité personnelle du dirigeant envers les tiers
Dans certains cas, la responsabilité personnelle d’un dirigeant de société peut être recherchée par des personnes étrangères à la société.

Le dirigeant d’une société engage sa responsabilité à l’égard des associés et de la société elle-même lorsqu’il commet une faute dans l’exercice de ses fonctions. En revanche, un dirigeant de société n’est, en principe, pas personnellement responsable à l’égard des personnes étrangères à la société (fournisseurs, clients…) des actes qu’il accomplit au nom et pour le compte de celle-ci. En effet, c’est la société qui est engagée par ces actes et qui en répond, quitte à se retourner ensuite contre son dirigeant. Toutefois, dans certains cas exceptionnels, la responsabilité personnelle du dirigeant peut être mise en jeu, celui-ci étant alors tenu d’indemniser sur ses propres deniers la victime du préjudice causé par sa faute. Explications.

Une faute séparable des fonctions

Une personne ne peut mettre en cause la responsabilité d’un dirigeant de société qu’à condition de démontrer qu’il a commis une faute dite « séparable » de ses fonctions, personnellement imputable à ce dernier, et qui lui a causé un préjudice. À défaut, elle n’a d’autre choix, pour obtenir réparation, que d’agir en responsabilité contre la société elle-même. Pour les tribunaux, la faute du dirigeant est considérée comme séparable de ses fonctions lorsque :

- d’une part, elle est intentionnelle ;

Exemple : un dirigeant qui trompe volontairement un fournisseur sur la solvabilité de la société, ce qui lui permet de bénéficier de livraisons qu’il n’aurait pas obtenues sans l’accomplissement d’une telle manoeuvre.

- et d’autre part, elle est d’une particulière gravité incompatible avec l’exercice normal des fonctions du dirigeant.

Exemple : un dirigeant qui a commis, à plusieurs reprises, des actes de contrefaçon de marques et de concurrence déloyale.

Ainsi, la responsabilité du dirigeant ne peut pas être engagée pour une simple faute ou une négligence.

Les dirigeants concernés

La plupart des mandataires d’une société commerciale, qui exercent des fonctions de direction, d’administration ou de surveillance, quelle que soit la taille de l’entreprise, sont susceptibles de voir leur responsabilité personnelle mise en cause par des personnes étrangères à la société dès lors qu’ils ont commis une faute séparable de leurs fonctions. Il s’agit notamment des gérants de société à responsabilité limitée (SARL), des administrateurs, des directeurs généraux et des membres du directoire de société anonyme (SA), et des présidents de société par actions simplifiée (SAS).

L’action en justice

L’action en responsabilité personnelle du dirigeant doit être engagée devant le tribunal de commerce du lieu du siège social de la société. L’intéressé doit agir, en principe, dans un délai maximal de trois ans à compter du jour où il a connu ou aurait dû connaître le comportement fautif du dirigeant.

Article du 12/04/2010 - © Copyright Les Echos Publishing - 2013

haut de page




Archives...
 JURIDIQUE > SOCIÉTÉS

Les différentes formes de société pour les libéraux
27/10/2017
Société agricole : quels liens avec le foncier ?
02/10/2017
Convoquer et tenir l’assemblée générale d’une association
27/09/2017
Le bénévolat : un atout pour les associations !
29/06/2017
Le droit de communication des associés de SARL
19/05/2017
Usufruitiers et nus-propriétaires : répartition des droits de vote
21/04/2017
Focus sur la réduction du capital social
24/03/2017
La responsabilité pénale des personnes morales
06/01/2017
La protection du patrimoine du chef d’entreprise
30/12/2016
Le dépôt de marque
15/04/2016
Le cautionnement souscrit par le dirigeant de société
18/03/2016
La pratique des délégations de pouvoirs
19/02/2016
Cession de l’entreprise : mode d’emploi
15/01/2016
L’usufruit de droits sociaux
16/10/2015
Les mesures de prévention des difficultés des entreprises
09/04/2015
Perte de la moitié du capital social : la marche à suivre
16/01/2015
L’information des salariés en cas de cession d’entreprise
19/12/2014
La déclaration de créances assouplie
11/09/2014
Le point sur la réforme du droit des entreprises en difficulté
11/07/2014
Choisir le nom d’une entreprise : les règles à respecter
11/12/2013
Faut-il passer en société ?
04/12/2013
Gérer un conflit entre associés
04/11/2013
Pourquoi et comment transformer une SARL en SAS ?
09/10/2013
Entreprises en difficulté : comment obtenir des remises de dettes fiscales et sociales ?
20/03/2013
Marchés publics : les règles du jeu
15/02/2013
L’assurance responsabilité civile des dirigeants
16/01/2013
Les différents numéros attribués à une entreprise
27/12/2012
Une société peut-elle commettre une infraction ?
15/11/2012
Rejoindre un groupement d’intérêt économique ?
04/10/2012
Bail commercial : l’indemnité d’éviction, mode d’emploi
28/06/2012
Un associé peut-il faire concurrence à sa société ?
28/06/2012
Contracter avec une société : attention à votre interlocuteur !
17/04/2012
Céder des parts de SARL  : mais avec l’autorisation des associés ?
17/04/2012
Organiser une cogérance dans une SARL
03/02/2012
Excès de vitesse commis avec un véhicule de société
24/01/2011
Connaissez-vous les Scop ?
22/12/2010
Garantir une dette en nantissant son fonds de commerce
09/11/2010
La responsabilité des dirigeants de société
11/10/2010
Vendre un bien avec une clause de réserve de propriété
09/09/2010
Achat d’un commerce : pensez à la clause de non-concurrence !
16/08/2010
Dépôt de bilan : que devient le bail commercial ?
13/07/2010
L’action en responsabilité des associés contre les dirigeants
12/04/2010
La responsabilité personnelle du dirigeant envers les tiers
12/04/2010
Délégation de pouvoirs : mode d’emploi
12/04/2010
Comment prévenir les risques d’impayés ?
21/01/2010




© 2009-2017 - Les Echos Publishing - mentions légales