ACCUEIL MISSIONS PLAN D'ACCÈS CONTACT ISANET PAYE ISANET COMPTA UK SITE IN ENGLISH



Membre de

PRAXITY

> Mention légale



BOIS GUILLAUME
ROUEN
DIEPPE
EU
PONT L'EVEQUE
LIVAROT
YVETOT
CANY BARVILLE







    ARCHIVES >  PATRIMOINE

 
Le charme des livrets défiscalisés
Les inquiétudes qui entourent certains pays de l’Union européenne ne sont pas de nature à inciter les épargnants à revenir sur les marchés actions, mais au contraire à continuer plutôt de privilégier les placements sans risques, et au premier chef le livret A ou le livret de développement durable.
Le livret A

Le livret A ressort, sans aucun doute, comme le grand gagnant de la crise boursière. Pour preuve, plus de 60 millions de Français détiennent aujourd’hui ce produit d’épargne réglementée, ce qui représente près de 94 % de la population. Et en 2011, la collecte nette du livret A a été très forte, atteignant 20 milliards d’euros (contre 10 milliards d’euros en 2010). Cette collecte, bien qu’importante, demeure toutefois inférieure à la collecte record réalisée en 2008 (24 milliards d’euros). Au 31 décembre 2011, l’encours des livrets A atteignait ainsi près de 215 milliards d’euros.

Précision : en moyenne, chaque titulaire d’un livret A y détenait à cette date 3 473 €.

Le succès du livret A repose notamment sur sa grande souplesse d’utilisation. Il permet en effet à son détenteur de disposer de son épargne à tout moment et d’y déposer, depuis le 1er octobre 2012, jusqu’à 19 125 € hors intérêts capitalisés (contre 15 300 € précédemment). Plafond qui pourrait même, aux dires du ministre de l’Économie et des Finances, faire l’objet d’un nouveau relèvement de 25 % d’ici la fin de l’année.

À noter : grâce au relèvement du plafond du livret A, le gouvernement souhaite financer la construction de 40 000 logements sociaux supplémentaires.

Autre avantage, les intérêts ne subissent ni impôts ni prélèvements sociaux.

Quant au taux d’intérêt du livret A, il est actuellement de 2,25 %. Il convient toutefois de préciser qu’il peut être révisé chaque trimestre selon une règle de calcul prédéfinie. Le taux devant ainsi être égal à la moyenne de l’inflation et des taux à court terme avec pour plancher l’inflation majorée de 0,25 point.

Le livret de développement durable (ex-CODEVI)

Le livret de développement durable (LDD) offre la même rémunération que le livret A (2,25 % actuellement) et, comme lui, ne subit ni prélèvements sociaux ni fiscalité.

Et conformément à la promesse qui avait été faite par le président de la République lors de la campagne électorale, le plafond de ce compte d’épargne, qui était jusqu’à présent fixé à 6 000 €, vient d’être doublé pour atteindre désormais 12 000 €.

Précision : le relèvement du plafond du LDD a pour but, quant à lui, d’apporter un soutien financier supplémentaire aux PME et aux entreprises innovantes.

Si l’ensemble des épargnants peuvent ouvrir un LDD, seul 38 % des Français en détiennent un. Les sommes déposées sur l’ensemble des LDD sont aussi bien moins importantes que celles versées sur le livret A (69 milliards d’euros). L’encours moyen étant, quant à lui, estimé à 2 832 euros.

Les autres livrets défiscalisés

Le livret d’épargne populaire (LEP) et le livret jeune ne subissent ni impôts ni prélèvements sociaux, mais ne sont toutefois ouverts qu’à un nombre limité de personnes.

Le premier ne peut être souscrit, en 2012, que par les contribuables qui se sont acquittés au maximum de 769 € au titre de l’impôt sur le revenu de 2011.

Précision : le dépassement de ce plafond entraîne la clôture du LEP.

Ces derniers peuvent verser sur leur livret jusqu’à 7 700 €. Principal avantage du LEP, le taux de rémunération est mécaniquement supérieur de 0,5 point à celui du livret A, soit actuellement de 2,75 %.

Quant au second, il n’est accessible qu’aux personnes âgées de 12 à 25 ans. Le titulaire de ce compte pouvant y placer jusqu’à 1 600 €. Et contrairement aux autres livrets défiscalisés, le taux d’intérêt annuel du livret jeune peut être librement fixé par les établissements bancaires, mais il doit toutefois être au moins égal à 2,25 %.

Enfin, à l’instar de l’ensemble des livrets défiscalisés, aucun frais ni aucune commission ne peuvent être facturés par la banque lors de l’ouverture, de la clôture ou au titre de la gestion d’un livret d’épargne populaire ou d’un livret jeune.

À noter : les intérêts des livrets défiscalisés sont calculés par quinzaine, c’est-à-dire le 1eret le 16 de chaque mois. En conséquence, les sommes déposées produisent des intérêts uniquement si elles sont placées sur la quinzaine entière. Et ce n’est, en principe, qu’au 31 décembre que les intérêts cumulés sur l’année s’ajoutent au capital.

Article du 15/11/2012 - © Copyright Les Echos Publishing - 2013

haut de page




Archives...
 PATRIMOINE

Comment acheter un bien immobilier aux enchères ?
27/10/2017
Comment assouplir le régime de la séparation de biens ?
04/10/2017
Réveiller son épargne avec les exchange traded funds
14/09/2017
Comment bien préparer votre retraite ?
13/07/2017
Comment gérer la fiscalité de vos revenus lors d’un divorce ?
20/06/2017
La location meublée, un régime davantage encadré
24/04/2017
Les alternatives aux fonds en euros traditionnels des contrats d’assurance-vie
13/04/2017
Pourquoi et comment changer d’assurance-emprunteur ?
06/04/2017
L’option pour l’impôt sur les sociétés d’une SCI
17/03/2017
Assurance-vie en euros : le bilan de l’année 2016
08/03/2017
Comment vendre des parts de SCPI ?
01/02/2017
Pourquoi et comment renoncer à une succession ?
06/01/2017
La répartition des travaux entre bailleur et locataire
09/12/2016
Pourquoi investir dans l’immobilier portugais ?
04/10/2016
Pourquoi ne pas adopter une clause bénéficiaire à options ?
29/08/2016
Comment payer moins d’impôt en 2017 ?
10/06/2016
Faut-il se laisser séduire par les placements atypiques ?
07/06/2016
Investir dans une résidence pour seniors
28/04/2016
Assurance-vie en euros : le bilan de l’année 2015
12/04/2016
Que faire de son vieux contrat d’assurance-vie ?
12/04/2016
L’impact du DPE sur la valeur d’un bien immobilier
02/03/2016
Percevoir une pension de réversion
10/02/2016
Faire face à un départ « à la cloche de bois »
07/01/2016
Le mandat à effet posthume
03/12/2015
Le divorce du chef d’entreprise
27/11/2015
Aider ses enfants en mettant un logement à leur disposition
03/11/2015
Transmettre votre entreprise par le biais d’un family buy out
23/10/2015
Assurez votre protection avec un contrat Madelin
11/09/2015
Le TEG de votre crédit immobilier a-t-il été bien calculé ?
03/09/2015
Louer son logement via internet
03/09/2015
Comment bien choisir sa société civile de placement immobilier ?
23/06/2015
Réaliser une opération de vente à soi-même
23/06/2015
Le prêt viager hypothécaire
21/04/2015
Règlement d’une succession : les principales étapes
06/02/2015
Optimiser son plan de financement grâce au prêt gigogne
19/01/2015
Le crédit relais
12/12/2014
Comment racheter un crédit immobilier
07/10/2014
La tontine financière
09/09/2014
Le contrat retraite loi « Madelin »
30/04/2014
Souscrire un crédit lombard
03/04/2014
Les comptes à terme à taux progressif
27/02/2014
La donation temporaire d’usufruit
06/09/2013
Assurance-vie en euros : le bilan de l’année 2012
02/05/2013
Le nouveau dispositif « Duflot »
12/04/2013
L’acquisition d’un logement occupé
15/02/2013
Le charme des livrets défiscalisés
15/11/2012
L’encadrement des loyers d’habitation
04/10/2012
S’assurer contre les loyers impayés
04/10/2012
La nouvelle réforme fiscale
04/10/2012
La déclaration d’emploi de biens propres
01/08/2012
Anticipez une vente immobilière avec le prêt relais
01/08/2012
La vente d’un bien en viager
01/08/2012
L’assurance dépendance
01/08/2012
Les fonds en euros diversifiés : un nouvel élan pour l’assurance-vie ?
27/06/2012
Les héritiers réservataires : comment évaluer la réserve et la quotité disponible ?
27/06/2012
Rédiger un testament
04/04/2012
Les fonds socialement responsables
20/09/2011




© 2009-2017 - Les Echos Publishing - mentions légales