ACCUEIL MISSIONS PLAN D'ACCÈS CONTACT ISANET PAYE ISANET COMPTA UK SITE IN ENGLISH



Membre de

PRAXITY

> Mention légale



BOIS GUILLAUME
ROUEN
DIEPPE
EU
PONT L'EVEQUE
LIVAROT
YVETOT
CANY BARVILLE







    ARCHIVES >  PATRIMOINE

 
Les comptes à terme à taux progressif
En cette période d’instabilité économique et fiscale, un investisseur disposant d’un capital peut être à la recherche d’un produit d’épargne rémunérateur et sans risque. Les comptes à terme à taux progressif peuvent répondre à ces objectifs. Explications.

Le fonctionnement du compte

Le compte à terme à taux progressif est un produit d’épargne dont la rémunération progresse avec le temps selon une échelle de taux d’intérêts définis dès la souscription du contrat. L’ouverture d’un compte à terme se matérialise par le versement d’un capital unique minimum, dont le montant varie selon les établissements, et qui n’est généralement pas plafonné. Aucun versement complémentaire n’est ensuite autorisé durant la vie du contrat. Un nouveau versement entraînant l’ouverture d’un nouveau compte à terme.

À noter : certains établissements proposent un compte à terme à taux progressif avec un système d’abonnement qui permet de l’alimenter chaque mois d’une somme déterminée. Inconvénient de cette formule : le versement porte sur une somme limitée et le plafond du contrat est lui-même limité à quelques milliers d’euros.

Le compte à terme est souscrit, le plus souvent, pour une période comprise entre 2 et 10 ans, avec toutefois la possibilité d’un renouvellement.

Les intérêts sont versés selon la périodicité déterminée au départ (mensuelle, trimestrielle, semestrielle ou annuelle) et sont réinvestis automatiquement dans le compte à terme, ce qui signifie que ces derniers produisent eux-mêmes des intérêts.

L’intérêt du compte à terme

Un tel produit d’épargne intéresse notamment les personnes qui bénéficient d’une rentrée d’argent exceptionnelle (vente d’un bien immobilier, héritage) et qui n’ont pas forcément défini un projet de réinvestissement de la somme à terme. Il présente l’avantage de produire des revenus réguliers, connus à l’avance et garantis pendant toute la durée du placement.

Les taux proposés étant librement fixés par les établissements financiers. Sachant que plus le client conserve son contrat dans le temps et plus le taux d’intérêt grimpe !

 Exemple d’un compte à terme à taux progressif sur 5 ans : 

Taux brut annuel : 1re année : 1,85 %, 2e année : 2,65 %, 3e année : 3,00 %, 4e année : 3,50 %, 5e année : 4,00 %.

Taux annuel brut moyen : 3,00 %.

La sortie du contrat

Le contrat de compte à terme à taux progressif autorise le souscripteur à le clôturer à tout moment afin de récupérer l’ensemble du capital investi, majoré des intérêts acquis. Il interdit, en revanche, tout retrait partiel.

En cas de retrait anticipé, l’établissement financier se réserve le droit de pratiquer une pénalité sur la rémunération de la période en cours, sauf si ce retrait intervient à l’échéance d’une période. Cette pénalité se manifeste soit par une décote sur le taux d’intérêt, soit par l’application du taux d’un simple compte sur livret (moins de 1 %).

La fiscalité des intérêts

Depuis le 1er janvier 2013, les intérêts générés par le compte à terme sont soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Il faut également appliquer les prélèvements sociaux au taux de 15,5 %.

Un prélèvement forfaitaire non libératoire est cependant effectué en amont par l’établissement lors du versement des intérêts. Ce prélèvement venant ensuite s’imputer sur l’impôt sur le revenu de l’année suivante. S’il excède l’impôt dû, il est alors restitué.

Rappel : les ménages qui perçoivent moins de 2 000 € d’intérêts dans l’année (tous placements confondus) peuvent opter pour une imposition forfaitaire libératoire à 24 % (les prélèvements sociaux étant prélevés à la source lors du versement des intérêts). Ils peuvent également être dispensés du prélèvement forfaitaire non libératoire dès lors que leur revenu fiscal de référence de l’avant-dernière année ne dépasse pas un certain plafond (25 000 € pour une personne seule, 50 000 € pour un couple faisant une déclaration commune).

Une fois cette fiscalité appliquée, le rendement du compte peut s’avérer assez faible. N’hésitez donc pas à comparer les différents contrats proposés sur le marché afin de bénéficier des meilleurs taux possibles !

Article du 27/02/2014 - © Copyright Les Echos Publishing - 2014

haut de page




Archives...
 PATRIMOINE

Comment acheter un bien immobilier aux enchères ?
27/10/2017
Comment assouplir le régime de la séparation de biens ?
04/10/2017
Réveiller son épargne avec les exchange traded funds
14/09/2017
Comment bien préparer votre retraite ?
13/07/2017
Comment gérer la fiscalité de vos revenus lors d’un divorce ?
20/06/2017
La location meublée, un régime davantage encadré
24/04/2017
Les alternatives aux fonds en euros traditionnels des contrats d’assurance-vie
13/04/2017
Pourquoi et comment changer d’assurance-emprunteur ?
06/04/2017
L’option pour l’impôt sur les sociétés d’une SCI
17/03/2017
Assurance-vie en euros : le bilan de l’année 2016
08/03/2017
Comment vendre des parts de SCPI ?
01/02/2017
Pourquoi et comment renoncer à une succession ?
06/01/2017
La répartition des travaux entre bailleur et locataire
09/12/2016
Pourquoi investir dans l’immobilier portugais ?
04/10/2016
Pourquoi ne pas adopter une clause bénéficiaire à options ?
29/08/2016
Comment payer moins d’impôt en 2017 ?
10/06/2016
Faut-il se laisser séduire par les placements atypiques ?
07/06/2016
Investir dans une résidence pour seniors
28/04/2016
Assurance-vie en euros : le bilan de l’année 2015
12/04/2016
Que faire de son vieux contrat d’assurance-vie ?
12/04/2016
L’impact du DPE sur la valeur d’un bien immobilier
02/03/2016
Percevoir une pension de réversion
10/02/2016
Faire face à un départ « à la cloche de bois »
07/01/2016
Le mandat à effet posthume
03/12/2015
Le divorce du chef d’entreprise
27/11/2015
Aider ses enfants en mettant un logement à leur disposition
03/11/2015
Transmettre votre entreprise par le biais d’un family buy out
23/10/2015
Assurez votre protection avec un contrat Madelin
11/09/2015
Le TEG de votre crédit immobilier a-t-il été bien calculé ?
03/09/2015
Louer son logement via internet
03/09/2015
Comment bien choisir sa société civile de placement immobilier ?
23/06/2015
Réaliser une opération de vente à soi-même
23/06/2015
Le prêt viager hypothécaire
21/04/2015
Règlement d’une succession : les principales étapes
06/02/2015
Optimiser son plan de financement grâce au prêt gigogne
19/01/2015
Le crédit relais
12/12/2014
Comment racheter un crédit immobilier
07/10/2014
La tontine financière
09/09/2014
Le contrat retraite loi « Madelin »
30/04/2014
Souscrire un crédit lombard
03/04/2014
Les comptes à terme à taux progressif
27/02/2014
La donation temporaire d’usufruit
06/09/2013
Assurance-vie en euros : le bilan de l’année 2012
02/05/2013
Le nouveau dispositif « Duflot »
12/04/2013
L’acquisition d’un logement occupé
15/02/2013
Le charme des livrets défiscalisés
15/11/2012
L’encadrement des loyers d’habitation
04/10/2012
S’assurer contre les loyers impayés
04/10/2012
La nouvelle réforme fiscale
04/10/2012
La déclaration d’emploi de biens propres
01/08/2012
Anticipez une vente immobilière avec le prêt relais
01/08/2012
La vente d’un bien en viager
01/08/2012
L’assurance dépendance
01/08/2012
Les fonds en euros diversifiés : un nouvel élan pour l’assurance-vie ?
27/06/2012
Les héritiers réservataires : comment évaluer la réserve et la quotité disponible ?
27/06/2012
Rédiger un testament
04/04/2012
Les fonds socialement responsables
20/09/2011




© 2009-2017 - Les Echos Publishing - mentions légales