ACCUEIL MISSIONS PLAN D'ACCÈS CONTACT ISANET PAYE ISANET COMPTA UK SITE IN ENGLISH



Membre de

PRAXITY

> Mention légale



BOIS GUILLAUME
ROUEN
DIEPPE
EU
PONT L'EVEQUE
LIVAROT
YVETOT
SASSEVILLE







    PROJET CRÉATION  > IDÉES DE BUSINESS > Nouvelles techno : précéder les attentes des consommateurs
Idées de Business
Restauration
Restauration
Artisanat
Artisanat
E-commerce
E-commerce
Économie sociale
Économie sociale
Services entreprises
Services entreprises
Loisirs
Loisirs
Green Business
Green Business
Idées de l'étranger
Idées de l'étranger
Bâtiment
Bâtiment
Nouvelles techno
Nouvelles techno
Services personne
Services personne


Ma Coiffeuse Afro, une appli pour ne plus s’arracher les cheveux !

20 % de la population française est afro-descendante. Et seuls 10 % des coiffeurs professionnels savent coiffer le cheveu afro… De quoi s’arracher les cheveux quand on n’a pas envie ou pas la possibilité de passer des heures (l’attente peut aller jusqu’à 6 heures !!) à Château d’Eau ou Château Rouge (Paris), où l’on compte des dizaines de salons de coiffures afro.

Ma Coiffeuse Afro pourrait bien changer la donne : il s’agit d’une application qui met en contact les personnes aux cheveux frisés/crépus avec des coiffeurs spécialisés, exerçant en salon ou à domicile. Les clients indiquent la date, le lieu et le type de coiffure souhaités, et l’appli leur propose différents profils de coiffeurs, avec leurs tarifs, des exemples de réalisation, etc. Côté business model, Ma Coiffeuse Afro se rémunère via une commission de 18 % sur le montant de la prestation. La jeune entreprise travaille avec un réseau de plus de 200 coiffeurs et rassemble une communauté de 50 000 utilisatrices. Ouvert depuis mars 2016, le service est proposé sur l’ensemble de la région parisienne et devrait s’étendre à d’autres grandes villes comme Lyon ou Marseille prochainement.

Cette appli maligne a été lancée par deux jeunes entrepreneurs, Rebecca Cathline, diplômée en community management de 29 ans, et Emmanuel Derozin, 22 ans, développeur web. Des pros du web et des réseaux sociaux qui tous deux étaient confrontés à la problématique de la difficulté à trouver un coiffeur spécialiste du cheveu afro. « Parfois, je passais des heures à la recherche d’une coiffeuse sur internet. Je la contactais, lui demandais des photos de ses coiffures, ses disponibilités et tarifs…, explique Rebecca.Aujourd’hui, avec un smartphone, il est possible de réserver un taxi ou une table dans un restaurant. J’ai souhaité appliquer ce modèle sur un problème que je rencontrais régulièrement. »

Une idée simple mais sur un marché en pleine expansion, estimé à 1,1 milliard d’euros (Insee). De plus, le panier moyen en produits capillaires d’une femme aux cheveux afro est en moyenne de 4 à 5 fois plus élevé que chez une femme d’origine caucasienne. De quoi faire remarquer cette start-up auprès de nombreux jury : coup du cœur du jury de l’Adie, finaliste du concours Talents du numérique de BFM Business, etc. En octobre dernier, la jeune entreprise a fait partie des 35 start-up créées par des entrepreneurs issus de la « diversité » conviées à l’incubateur Station F. Cerise sur le gâteau : l’appli est lauréate du « programme French Tech Diversité ». Un prix remis par Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du numérique !

Fiche de l’entreprise
 Le conseil : certes, le marché de la beauté ethnique est en pleine expansion, mais pas d’impasse sur un service top qualité car les grandes marques lorgnent aussi sur ce créneau juteux !
 Le chiffre : après moins d’un an, 50 000 utilisatrices ont adopté le service.
 Le contact :  www.macoiffeuseafro.com/ 

haut de page




Guide de la création

Projet
Projet
Secteur d'activité
Secteur d'activité
Forme juridique
Forme juridique
Local
Local
Régime fiscal
Régime fiscal
Régime social
Régime social
Business plan
Business plan
Financement
Financement
Aides
Aides
Partenaires
Partenaires
Formalités
Formalités
Sites
Sites






© 2009-2018 - Les Echos Publishing - mentions légales